N°24 - 22/09/11
 
INFO NORMES & SECURITE

Chaque week-end sur les circuits du monde entier, arrivent des centaines
d'accidents plus ou moins graves qui nous rappellent que la lutte pour la sécurité du pilote
n'est pas une problématique du siècle dernier et qu'il ne faut pas tricher
avec cet aspect du sport automobile.

Mieux vaut avoir la tête dure...

Vous trouverez ci-dessous la video d'un accident subi avec l'un de nos casque IVOS sous norme SNELL SA 2005, des explications sur les chocs endurés lors de cet accident et le témoignage du pilote ressorti totalement indemne :

1. Lors du premier impact frontal, le HANS® joue pleinement son rôle de retenue de la tête. 2. Le siège casse et il y a de multiples craquelures sur le dessus du casque suite à de violents contacts avec le toit et l'arceau, ainsi qu'un enfoncement de la base de la coque sur le HANS® consécutif à l'écrasement du casque contre le toit lors des tonneaux. Cela a évité un tassement des cervicales.
3. Une vis de la casquette frotte l'asphalte lorsque la voiture glisse sur le flanc. 4. Cisaillement du carbone par un objet métallique (probablement la poignée de portière) qui a été arrêté par la coque et l’attache de jugulaire.
   

Quelques mots de M. Neil Smith, pilote de la voiture :
"Je suis en vie aujourd'hui et je le dois en grande partie au HANS® et au casque IVOS que j'ai acquis auprès de Stand 21. Heureusement que je les portais lorsqu'un autre pilote a heurté ma roue avant gauche lors d'une séance d'essai à Spa, ce qui a brisé ma direction, m'envoyant par là même dans les barrières à 100 ou 110km/h ; j'ai ensuite effectué au moins 6 tonneaux. Je suis impressionné de m'en être sorti sans blessure majeure et très reconnaissant envers Stand 21 pour leur engagement dans la qualité et la sécurité."


À l’épreuve des flammes !

Stefan Ziegler pilotait sa Lister sur le circuit de Goodwood lorsqu’il a eu une mauvaise surprise…

Du fait de la défaillance d’une durite d’essence, une grande quantité de carburant s’est répandue dans le compartiment moteur. De là, l’essence à migré dans l’ensemble de la voiture - et notamment sur la place passager – puis a pris feu. Ce n’est pas seulement la baie moteur mais aussi la place passager qui se sont retrouvées instantanément dans un immense brasier. J’ai réussi par chance à m’échapper en sautant mais j’ai bien du rester au milieu des flammes pendant près d’une minute. Mes vêtements de course ont évité le pire et j’ai seulement été légèrement brûlé à une jambe.

Cela nous rappelle bien que les vêtements de course homologués ne sont pas une option. Ils font la différence au jour le jour car ce dernier incident s’est déroulé lors d’une journée piste hors week-end de course.